Alors que les touristes reviennent lentement en Thaïlande, les compagnies aériennes se battent pour rester à flot en luttant contre la flambée des coûts d’exploitation, notamment le prix élevé du carburant, et demandent l’aide du gouvernement. L’augmentation du nombre de passagers ce mois-ci et au cours de ce week-end de cinq jours pourrait ne pas suffire à compenser la basse saison qui s’annonce, après plus de deux ans de voyages limités pendant la pandémie.

Le coût de l’essence est un facteur important, le carburant représentant 35 % des coûts opérationnels des compagnies aériennes, contre un maximum de 30 % auparavant, selon le responsable des opérations commerciales de Thai Lion Air. Et si les prix du pétrole commencent à baisser un peu, ces changements de prix mettront plus de temps à affecter le secteur aérien. La baisse de la valeur du baht affecte également les coûts d’exploitation et les frais de carburant.

Les vols sont plus remplis cette semaine, atteignant 70 % de leur capacité, en raison des cinq jours de vacances et des personnes qui se rendent demain sur les sites religieux pour le carême bouddhiste. Des régions comme Hat Yai, Phuket et Ubon Ratchathani – où un festival des bougies est organisé chaque année pour marquer le début du carême bouddhiste – attirent un grand nombre de voyageurs aériens.

Les compagnies aériennes demandent l’aide du gouvernement pour sortir de la pandémie et travaillent déjà avec l’Autorité du tourisme de Thaïlande pour promouvoir les voyages. Elles ont ajusté leurs horaires de vol pour répondre à la demande. Le secteur de l’aviation a suggéré une réduction des taxes et des frais de vol, comme les taxes d’atterrissage et les frais de stationnement des avions.

Mais l’époque des vols à prix cassés est révolue, du moins pour l’instant. Le nombre de vols étant réduit, il y a moins de sièges disponibles au total, et les compagnies aériennes ne peuvent pas se permettre de les sacrifier avec des promotions à prix cassés. Les compagnies aériennes sont coincées entre des coûts d’exploitation en hausse et des batailles de prix féroces entre elles, les transporteurs à bas prix comme Thai Lion et Nok Air se battant pour attirer les clients.

SOURCE: Bangkok Post